Vénus en Scorpion, l’attachement à l’invisible.


On pourrait synthétiser l’expression de Vénus en Scorpion en trois mots : attachement à l’invisible.
Vénus en Scorpion est en quête de vibrations. Des ressentis virevoltent, l’émotion n’est pas toujours verbalisée. La vie intérieure occupe une large place et l’instinct guide.
La vie relationnelle est enrichissante en raison des capacités à dépasser les écueils, à identifier ses défaillances et celles des autres.
Les remises en questions font partie du mode de fonctionnement. Cependant, dans les relations, les complications sont dues à une forte intellectualisation et à un niveau de qualité attendu dans les échanges.Les émotions éprouvées donnent lieu à une série de questionnements.
Protectrice et attachante, la personne répond positivement aux situations de crise de l’entourage. Toutefois, elle doit apprendre à se préserver d’attitudes négatives et des liens à caractère toxique. Paradoxalement, cette localisation de l’astre attire régulièrement des relations nuisibles.
Il est rare que l’être accède aux demandes de son entourage, sans comprendre les motivations profondes des requêtes.
Curieux et dérangeant, dans les discussions, son habilité à atteindre son objectif en fait, au fil du temps un meneur
L’influence exercée dépend du reste du thème.
Son intégrité suscite l’intérêt de ceux qui cherchent des clefs pour avancer.
Les âmes en peine affluent vers celles et ceux ayant Vénus en Scorpion au natal. 
En effet le natif donne l’impression de connaître les mécanismes à actionner pour dissiper leurs zones d’ombre ou résoudre leurs problèmes. Il apporte fréquemment des éléments de réponses aux questions avant de réaliser son degré d’implication et le manque de réciprocité.
Afin de ne pas s’oublier en contribuant au confort psychologique des autres, il lui appartient d’intervenir avec modération .
L’empathie et la compassion demandent à s’exprimer au travers de coopérations
Aussi, il convient de trouver un juste milieu, entre dévouement  participation et fermeté.
Les émotions
Le natif doit gérer des fluctuations émotionnelles. Réceptif, il absorbe les émotions et les pollutions psychiques des autres en régulant les siennes. Invisible, la bataille avec les émotions n’est pas insignifiante pour autant.
Cette relation à l’émotionnel et au sensoriel est consciente plus ou moins tôt dans la vie.
En l’absence de l’élément Terre dans le natal ou d’un seuil de grande réceptivité édifié par d’autres configurations, la présence de Vénus en Scorpion accentue ce degré de perméabilité aux ambiances.
La réceptivité peut devenir le point de vulnérabilité de l’être à moins qu’il ne la transforme en force en suivant son instinct.
Ce fonctionnement est prédominant au point de participer aux décisions majeures à caractère professionnel et personnel.
Séduction et amour
La séduction vécue sous Vénus en Scorpion s’apparente à celle de Vénus Pluton (voir article Vénus Pluton) , avec toutefois une influence modérée à tout aspect mondial ou de nativité entre Vénus et Pluton. 
En Scorpion,  Vénus expose à des relations au coeur desquelles s’exerce un magnétisme notable.
Le processus d’attachement s’accompagne d’interrogations, voire de doutes excepté si un aspect natal existe entre Vénus et Uranus.
Subtile et envoûtante, la séduction émane de détails dans la gestuelle ou les attitudes.  
Dans la vie amoureuse, la quête de l’amour passe au crible d’une exigence capable d’engendrer des épisodes de fatigue psychique.
Sans faux semblants,  l’être aime avec son âme et se heurte à la complexité de ses sentiments.
Les étapes dans l’attachement vont de pair avec la venue de réflexions auxquelles les réponses ne délivrent guère d’apaisement.
L’inévitable tourment du signe du Scorpion s’exprime de sorte que des aspérités sont identifiées dans le bonheur et parasitent la sérénité.
Parallèlement à l’ attirance, se distille un terrain anxiogène généré d’appréhensions. Ces dernières peuvent être exagérées ou persistantes. La difficulté réside dans le fait de distinguer des inquiétudes venues simplement polluer la paix de l’esprit d’une subtile communication de l’instinct qui envoie des messages au natif.
Fréquemment les situations affectives présentent un contexte affectif contrariant dû aux circonstances qui échappent à la volonté du natif.
Quelle que soit la nature des liens, les relations envahissantes, les manipulations et le dénigrement sont un classique de cette localisation astrologique.
Immatériel
Le besoin d’être aimé ainsi que le maintien d’une vie sociale est apprécié, bien que cette Vénus entraîne vers des états de contemplation ou de méditation. La tranquillité d’esprit est vivement recherchée.
Elle réclame également de moments d’isolement. Dès que l’environnement adapté au niveau de sensibilité est trouvé, l’immersion peut commencer et s’étirer dans le temps.
Opter pour le choix d’une vie loin de l’agitation sociale, se rencontre sous cette position Vénusienne, auprès des cartes contenant des structures détachées du plan matériel.
Selon le niveau de conscience, Vénus en Scorpion incite le natif à se dispenser de la présence des autres.
L’exil de l’astre peut conduire la personne à aimer une personnalité symbole d’un mouvement culturel, artistique,, à admirer une icône ou encore adhérer à un courant de pensée. Il est question de s’identifier à des énergies faisant bouger les lignes.
Vénus en Scorpion appelle à aller vers l’inconnu, comme d’autres analogies astrologiques entraînent à créer en partant de rien.
Les capacité de création, de résilience et de transformation, propres au Scorpion, sont reliées ici par un astre en position d’exil, autrement dit de partage et de don de soi, d’investissement pour les autres. Article sur l’exil des planètes.
Auprès des thèmes évoluant dans la sphère immatérielle, le monde de la pensée prend le pouvoir.
Au fil du temps, il se produit un véritable détachement avec les considérations matérielles.
Avec certaines structures natales, la relation sociale peut alors perdre tout intérêt au profit d’un apport trouvé dans des nourritures de l’esprit.
Vénus en Scorpion dans la jeunesse
La gestion des émotions face à tout attachement est particulièrement délicate dans la jeunesse, où année après année, le jeune adulte fait connaissance avec le fonctionnement de son ciel de naissance.
Du reste, l’apprentissage des énergies du natal n’est pas l’apanage de la localisation de Vénus en Scorpion.
Vénus dans la jeunesse fait preuve de clairvoyance et démontre une perspicacité dans les échanges.
Adossé à un degré de ressenti, une vue d’ensemble des situations apparaît au natif.
L’âge civil étant dissocié de la dimension du thème et les vibrations dans lesquelles il évolue, durant la jeunesse Vénus dans un thème évoluant sur un plan spirituel, est un élément astrologique susceptible de placer le jeune natif en décalage avec les centres d’intérêts de sa génération.
Libre a lui de s’appuyer sur ses configurations natales pour contrer ce sentiment et trouver un environnement faisant écho à ses aspirations.
Durant les jeunes années, Vénus en Scorpion favorise une exigence précoce dans les histoires d’amour.
L’apparence physique requiert un rôle décisif dans les attachements et la séduction peut être confondue avec l’amour.
Dans une carte avec Pluton, Saturne ou le Soleil dominants et harmoniques, l’exigence n’attend pas le nombre des années et la jeune personne se sent mature pour un engagement durable.
Jalousie
Dominante et dissonante, Vénus en Scorpion fait intervenir des épisodes et désordres émotionnels avec pour origine, la jalousie.
La convoitise peut alors piquer au vif et habiter la personne.
Les manifestations de la jalousie peuvent avoir attrait à la vie matérielle, à des signes extérieurs de richesse ou des apparences.
Dans les thèmes de nativité où la notion de possessivité est largement représentée, la présence concomitante de Vénus dissonante en Scorpion favorise l’éclosion de la cupidité. Dans les réalisations, la jalousie et l’esprit de compétition peuvent nourrir la motivation.
Les craintes
Par épisodes, Vénus en Scorpion génère des craintes, comme des aspects dissonants entre Vénus et Pluton.  Par périodes, l’être fait face à des instants de grande lucidité sur l’échéance des liens affectifs ou de l’environnement matériel auxquels il est attaché.
Sans raison tangible, il redoute de voir l’amour disparaître et plus précisément la personne à l’origine de ses subtiles vibrations.
La crainte de perdre l’être aimé ou ceux qu’il affectionne profondément, agit telle une pollution psychique.
La sérénité est altérée par ces vagues où irrésistiblement la pensée devient toxique. Dans ces instants, son malaise lui permet de mesurer le caractère précieux de l’amour. Aimer devient indissociable de peurs qui vacillent, s’estompent puis gagnent de nouveau l’espace.
La peur de souffrir en aimant intervient avec constance. Elle se dissipe, sommeille pour réapparaître à une époque différente, parfois ces périodes se situent à une grande distance l’une de l’autre.
Face à ces pensées altérées, l’objectivité baisse laissant place à un terrain idéal pour laisser monter une crise, avec pour argument une implication antérieure. Le regret de s’être investi en amour, celui de s’être attaché, la profondeur et la sincérité des sentiments des autres sont mis en doute. Dans ces moments où les émotions sont désordonnées,Vénus en Scorpion transforme le natif en maitre dans l’art du sabotage amoureux. L’espace d’un instant, aimer devient une équation complexe.
Probablement, ici se trouve son défi à relever.
Valérie Tenza Darmandy
Le 15.10.2018 à 14H57
Publicités

Commentaires fermés sur Vénus en Scorpion, l’attachement à l’invisible.

Classé dans blog d'astrologie

Les commentaires sont fermés.