Hérédité astrale du Prince Georges Alexander Louis


Né sous les derniers instants d’un Soleil en Cancer, le Prince Georges Louis Alexander est ascendant Scorpion.

thème de naissance, fils de Kate Middleton et du Prince William

Voici un article astrologique  consacré à un aperçu de son hérédité astrale. Je dis un aperçu car on peut tracer l’hérédité astrale sur plusieurs générations. Etablir l’hérédité astrale ne rentre pas dans un article, ce serait un travail long de plusieurs pages car tout est consigné, les cuspides, ascendant MC.

Pour cette mise en bouche sur l’hérédité, sont extrait les aspects récurrents d’un membre de la famille à un autre. L’hérédité astrale se manifeste de différentes façons, soit il s’agit de la même planète qui se lève, culmine ou se couche dans les thèmes des membres d’une même famille, ou plus étonnant, d’une même planète revenant au même endroit entre un enfant et un parent ou grand-parent, ou d’aspects entre planètes identiques entre membres de la famille. C’est sur ce dernier point que porte cet article, les aspects trouvés au sein de la famille royale montrent déjà le bagage astral reçu dans le ciel du Prince Georges Alexander Louis.

Dans un ciel de naissance il y a deux types d’aspects : ceux venant de la fameuse hérédité astrale centralisant des configurations astrologiques de mêmes astres issus des thèmes des parents, puis des aspects propres à l’enfant.

Pour savoir si des aspects sont vraiment dissociés de l’hérédité astrale, il est prudent de remonter sur plusieurs générations, jusqu’aux arrière-grands-parents au moins. L’hérédité astrale imprègne un thème, elle fait partie des filtres dans lesquels s’inscrivent les thèmes nataux, elle souligne l’empreinte familiale et explique les schémas se répétant entre les générations.  Les aspects dissociés  de l’hérédité astrale donnent la griffe personnelle du thème. Chaque thème ne reçoit pas le même dosage d’hérédité astrale et la répartition des astres hérités est aléatoire de sorte qu’un enfant peut hériter d’une majorité d’aspects du ciel de sa grand-mère et de son père et peu d’aspects du ciel de sa mère etc. Cette répartition reste un mystère. La part de libre-arbitre de chacun passe en partie par ces transmissions d’astres aspectés car selon les aspects qu’ils reformulent, les climats s’installent déjà grâce à la simple hérédité…

Par exemple, un parent possédant deux astres en aspect dissonant et ayant un de ses enfants avec les même astres en aspect harmonique, l’enfant peut régler la dissonance astrale du parent, c’est à dire arranger sa problématique. Compte tenu du nombre d’aspects et du jeu des maîtrises qui en disent long sur la question des relations au sein d’une famille ( et hors famille), tout aspect hérité ou non passe au crible pour comprendre les ressentis chez les uns et les autres.

Pour plus d’informations, lire mon article d’Août 2011 sur l’hérédité astrale.

Lors de la naissance du prince Georges Alexander Louis, son ciel prend en héritage des configurations existantes chez son arrière-grand-mère, Elisabeth II, à savoir la conjonction Mars-Jupiter qu’ils ont ensemble, puis la présence commune de Saturne dans le signe du Scorpion. De son arrière-grand-père, le Duc d’Edimbourg, il prend l’aspect Mercure-Pluton. Ce dernier a dans son natal la conjonction et les mêmes planètes se forment en opposition dans le thème de son arrière-petit-fils. Au passage, on remarque chez les époux royaux, Elisabeth II et le Prince Philip, leurs Ascendants Capricorne en commun et leur conjonction large et commune de Neptune- Lune en Lion, avec une distance égale à 1° entre leurs Lunes  en Lion et Neptune. Le signe du Lion symbolise l’autorité et le pouvoir, il se marie bien avec leurs Ascendants Capricorne, signe également de pouvoir. Leurs Lunes en Lion reflètent le faste lors des cérémonies officielles, les tenues d’apparat sans oublier l’élégance des toilettes de la Reine.

Les planètes lentes, Uranus et Pluton,  donnant l’atmosphère d’une époque, se reforment entre le ciel de l’arrière-grand-père et l’enfant mais sous un aspect totalement différent. Comme les personnes nées dans ces années, 1920-1923, le Prince Philip bénéficie du trigone Uranus-Poisson/Pluton-Cancer tandis que ces astres Uranus -Bélier et Pluton-Capricorne en carré depuis 2011 soulignent actuellement le climat socio-économique difficile.

En matière d’hérédité astrale du côté des parents et des grands-parents, le Prince Georges a hérité du Soleil en Cancer de son père, William et de sa grand-mère, Diana, née aussi sous le signe du Cancer. L’enfant royal n’hérite pas que du Soleil en Cancer de Diana puisque le thème natal de la princesse possède une conjonction Mars-Pluton et le ciel de l’enfant récupère ces mêmes planètes Mars-Pluton cette fois en opposition. Il naît tandis que Mars passe dans  en maison VIII dans la même maison astrologique où tombait le Mars de Diana. Le thème de la princesse Diana  présente une conjonction dissociée de Saturne et Jupiter, cette conjonction donne une idée de l’intégration, il souligne la relation que l’on établit avec les codes de la société. En étant dissociée et avec une Lune en Verseau opposée Uranus au natal, cette conjonction demandait pour le princesse Diana de redoubler d’efforts pour s’intégrer durablement et lui donnait probablement le sentiment d’être entre deux mondes. Dans ces conditions astrales, s’ancrer et trouver une stabilité lui demandait de prendre sur elle. On retrouve cet aspect Jupiter Saturne chez l’enfant royal mais dans un tout autre rapport, bien plus harmonieux, puisque l’aspect est en trigone d’Eau, magnifié par les 120° de Neptune. Avec cet aspect, le futur roi endosse ses responsabilités de manière plus évidente et aux  vues de la disposition céleste de Neptune, la façon de gérer ses responsabilités peut susciter vis-à-vis de la collectivité une forme d’admiration. Voyons maintenant du côté du Prince Charles, si ses configurations se sont glissées dans la carte de son petit-fils.

Le Prince Charles dispose comme sa mère,d’une conjonction Mars-Jupiter, également présente dans le thème de Georges Louis Alexander. L’hérédité astrale Mars-Jupiter remonte trois générations : le thème de l’arrière-grand mère Elisabeth II (Mars conjoint Jupiter en Verseau), le thème du grand-père Charles (conjonction dissociée Mars Jupiter en Sagittaire et Capricorne), elle n’apparaît pas chez son père William mais elle revient sur le thème du prince Georges ( Mars Jupiter conjoint en Cancer). Cette conjonction Mars-Jupiter confère un esprit gagnant, une paternité des lois. Jupiter donne de l’ampleur et même avec Jupiter on doit s’attendre à une forme de démesure dans les actions. Cet aspect qui revient dans la famille royale donne de l’envergure au pouvoir. L’hérédité astrale est plus élevée par le ciel les arrières grands parents et grands parents que par les parents, même sans l’heure de naissance de Kate Middleton, l’hérédité astrale entre le ciel de la mère et de l’enfant est la plus faible. Cela n’a rien d’étonnant car le niveau d’hérédité astrale reflète une « signature familiale ».

On voit à travers cette répartition inégale, l’importante de l’hérédité royale et l’histoire de la famille royale déjà inscrite dans le ciel de l’enfant.  Devant l’hérédité astrale élevée entre la carte du ciel d’Elisabeth II et le Prince Georges Alexander Louis,  il est question du rayonnement du règne d’Elisabeth II sur le chemin de vie du futur prince. Dans le thème du père, William, on trouve l’opposition Mercure Uranus, ces planètes sont bien en contact chez son fils, par aspect de carré. A propos de l’hérédité astrale, notons au passage que l’on trouve la Vénus de William à 25° Taureau sur la Vénus à 24° 24′ Taureau de sa mère Diana.

Le Prince Georges Alexander Louis utilisera les outils dans sa carte du ciel comme il l’entend et surtout selon son niveau de conscience. Un aspect astrologique attire cependant mon attention car cet enfant est né à la frontière de deux signes. Il est bien du signe du Cancer avec son Soleil situé à un endroit très précis du signe du Cancer : l’extrémité du signe. Or, son Soleil forme l’aspect de 108°, ( orbe +1°/-1° ou 2° si angularité ou maître d’angle)un tri-décile avec une planète collective et pas des moindres, celle de la liberté, des changements : Uranus, se trouvant dans sa carte en Bélier en IV.

Le tri-décile est un aspect qu’on appelle mineur et pourtant, comme tous ces aspects mineurs : sesqui-carré 135°, quintile 72° ou bi-quintile 144°, ils fournissent des détails. L’aspect de 108° est un aspect intriguant, situé à mi-chemin entre une voie spirituelle  et une tension extrême. En quelques lignes, cet aspect pousse une personne à être au service d’autrui et à s’illustrer dans une spécialité qu’elle pousse jusqu’à la performance non pas par soif de réussite mais parce que l’énergie du tri-décile est telle que l’aspect crée une stimulation permanente. Il faut la canaliser afin de la sublimer, à défaut cet aspect rend très colérique et si le thème contient des tendances destructrices, cet aspect les renforce.

Le niveau de conscience oriente la façon dont chacun utilise les planètes et les aspects, aussi en présence d’un tri-décile natal si la personne parvient sublimer l’énergie entre les deux astres reliés par les 108° le tri-décile se transforme en capacités d’élever les consciences avec talent.  Comme toujours les autres aspects aident à canaliser tout aspect délicat puisqu’un aspect ne vit pas tout seul. Le tri-décile est facile à identifier dans une carte, il précède l’orbe du trigone.

Né sous un tri-décile entre son Soleil tout fin Cancer et la planète Uranus, planète prônant le changement, la rénovation, voilà un Prince aimant être au service des autres et qui nul doute, amènera avec talent un souffle nouveau au royaume.

Vous pouvez retrouver mon article consacré au tri-décile le 108° sur mon blog et sur le magazine Astr’Oh! du mois de Juin 2013.

par Valérie Darmandy, le 2013/08/11 à 15:34

copyrighta92g1c61

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Liens amis

Les commentaires sont fermés.